Le rapport de l’ONPES 2014-2015

Les budgets de référence : une méthode d’évaluation des besoins pour une participation effective à la vie sociale

Le 9e rapport de l’ONPES est consacré aux résultats d’une recherche menée depuis trois ans avec le Crédoc et l’IRES pour évaluer les budgets de référence nécessaires pour une participation effective à la vie sociale. Il prend place dans le cadre de l’élaboration de références communes pour un revenu minimum décent au niveau européen.

La méthode de construction des budgets de référence

La méthode de construction des budgets de référence utilise l’approche participative et part des besoins identifiés par les citoyens et s’appuie sur l’expertise académique afin de dégager un consensus éclairé et argumenté.

Ainsi,
– Les budgets de référence ont été élaborés pour des ménages vivant dans deux villes moyennes, Tours et Dijon, par des participants partageant les mêmes caractéristiques que les ménages types étudiés (les familles monoparentales discutent des besoins des familles monoparentales).

– La composition des groupes de consensus devait refléter la diversité des niveaux de vie, des diplômes, des situations professionnelles et des types de logements afin d’éviter que seules des personnes en situation de pauvreté ne se prononcent sur les budgets de référence pour une participation à la vie sociale.

– La valorisation des biens et services jugés nécessaires s’est faite sur la base des prix du secteur marchand, en considérant que l’ensemble de ces biens devaient faire l’objet d’un achat.

 

Globalement les budgets de référence pour une participation à la vie sociale se situent (pour un ménage logé dans le parc social) entre 1 424 euros pour une personne active seule et 3 284 euros pour un couple avec deux enfants. Les budgets de référence des retraités en couple sont légèrement supérieurs à ceux des actifs sans enfant (respectivement 2 187 euros et 1 985 euros), ce qui s’explique par le besoin d’une chambre supplémentaire pour les personnes retraitées.

Les familles monoparentales et les retraités vivant seuls sont les plus touchés par des risques élevés de restrictions

Les budgets de référence ne qualifient pas des populations en situation de pauvreté. Par contre, ils mettent au jour des populations qui, sans être pauvres, sont en situation financière tendue et qui ne disposent pas de tous les moyens nécessaires pour participer effectivement à la vie sociale.

Ainsi, les familles monoparentales avec enfants sont soit pauvres monétairement (55%), soit disposent de moyens insuffisants pour vivre décemment (40 %). D’autre part, les personnes retraitées seules sont en situation certes moins lourde mais néanmoins très préoccupante puisque 14 % sont pauvres monétairement et 45 % d’entre elles sont en risque de restrictions.

La synthèse de ce rapport de l’ONPES 2014-2015 est disponible ici.